325

Text by CCF-FAI/IRF – Imprisoned Members Cell about the proposal of Nikos Maziotis concerning the Solidarity Assembly/Texte de la CCF-FAI/IRF – Cellule des membres emprisonnés concernant la création d'un ensemble de solidarité et d'action avec les prisonniers politiques (Greece)

Text from the comrades concerning the creation of an assembly of solidarity and action with the political prisoners.– english text

Texte des camarades concernant la création d’un ensemble de solidarité et d’action avec les prisonniers politiques.– texte français

SOLIDARITY MEANS ATTACK

i) C’ Type prisons – an act of war

C’ Type prisons wish to become the monument of the State’s victory against the urban guerrilla warfare. It is a bet for us, if we’re going to let a thousand tonnes of concrete, bars and locks beat the human will for freedom, a bet which is to be answered through action by the enemies of the regime and the friends of freedom.
For years now, politically, TV personalities of the system and salaried pen-holders of the police, have engaged in a mud fight against the urban guerrilla warfare, aid at depoliticizing it. “Osmosis of criminals and terrorists”, “cooperation between terrorists and organized crime”, “revolutionary pool” are the vanguard of the lie. Propaganda wishes to hide, covering with its mud, the self-evident constant revolt. A constant revolt of the ones who refuse to live as slaves and attack with arms against the leaders, the silence, the conservatism and the resignation of the majority of society.

Wishing to decouple the possible perspective of the violent insurrectionary action and to mutilate its diffusion, power uses lies and slander in order to present the armed urban guerrillas as insane criminals. And all this, at the same time when their bloodthirsty democracy makes thousands of people commit suicide and poisons every moment of our lives through the terrorism of poverty, repression, a police state, loneliness, exploitation, while it tricks the naive ones through the fake freedom of consumption, spectacle, mass entertainment, digital reality and the civilization of the mediocre. The highlight of the political propaganda against the urban guerrilla warfare was set up early in 2014, after the escape of Christodoulos Xiros on prison leave, who instead of coming back to prison voluntarily, chose the path of illegality and complicity with the new urban guerilla warfare. Headlines and reportage with catchy titles like “New Year’s terror-eve with the CCF”, “prisons are safe houses of terrorists” became the flagship of lies. What bothered power most, together with the escape of comrade Christodoulos Xiros, was that despite our arrests, we have never turned into dormant trophies in the hands of our wardens. For the unrepentant urban guerrillas, prison is not a palace of fear, it is a place of captivity that digs in and tempers more the willingness for rebellion and freedom.

ii) Propaganda prefaces the war.

Power’s lies fan fear in order for this to be the gateway from the regime of fake freedom, to the status of emergency. The status of emergency is the disguised “we decide and we order”. Early 2014, the ex-judge Minister Charalambos Athanasiou, issued a 100-day ultimatum, on the kick-off of the maximum security prisons. As the famous phrase “politics are the continuation of the war by other means” applies, vice versa, the political propaganda against the urban guerilla warfare is now followed by military measures. So, there is the announcement of the transformation of Domokos prisons into a C’ Type prison, whose external safekeeping will be taken up by 300 policemen, who will camp out in special buildings – military barracks. Moreover, more than half of the “common” detainees have already been transferred [from Domokos], in order for them to be replaced by “dangerous terrorists” and “members of organized crime”. We won’t say much about the C’ Type prisons, because most of it has already been written.
Political and physical isolation, mail censorship, restriction of visiting, ban of license [family or study leave] . . . A new prison inside the prison, a barred place of oblivion in order for us to forget the struggle and to be forgotten as prisoners. A concrete grave where oblivion wishes to erase the will for freedom. At the same time, a public bogeyman in plain sight, a Greek Guantanamo for anyone that questions through action and armed struggle, the local prefects of the global Western empire.

iii) Tomorrow they’re coming after you . . .

Fear is penetrating and reaches into the bone. The answer to fear is not to close our eyes, but to attack with all our strength. It goes without saying that the C’ Type prisons were created in order to curb the urban guerrilla warfare, the revolutionary organizations (whether they’re anarchist or communist, or nihilistic or social) and their members. It would be inexpedient, however, to think that the strategy of power settles only for its basic goal. Power is naturally expansionary. This is why it widens the iron net of the maximum security widespread captivity to comrades or individuals accused of being members of armed organizations, without ever having claimed responsibility, as well as to “powerful criminals” who bother the police.

In any case, the State’s obsession with the urban guerrilla warfare’s repression is also obvious from the fact that in the draft law on C’ Type prisons there’s a beneficial arrangement that even provides the release from prison for every wannabe squealer (unless he himself is persecuted by the anti-terrorist law) who’s going to give any information on armed revolutionary organizations actions. Moreover, Greek authorities, mimicking their foreign colleagues, introduced secretly through the backdoor the “inducement” of public renunciation of the urban guerrilla warfare in return for an advantageous treatment of the repentant ones, in licensing issues and reducing the sentence. There’s not only the warranty of the draft law that sets the district attorney as responsible for the continuation or not of the “imprisoned terrorist” custody after 4 years (needless to say that for any still unrepentant “terrorist” the custody in the C’ Type isolation regime will probably be indefinitely extended). There is also the court of appeals prosecutor’s official report during the disciplinary prosecution process of penitentiary administration for the escape of Christodoulos Xiros, as this “particular detainee never renounced terrorism. Instead through his writings posted on the websites zougla.gr and Athens Indymedia still speaks of popular uprising and armed struggle. . . “

This works as a small prefiguring to a future which shows that even the texts of an “imprisoned terrorist” will play a key role in the granting or denying of prison leave to all.

However, the expansionary war of power, the way it is incarnated during this period with the C’ Type prisons, in no way can it lead anarchists to a stampede of recoil and defense, behind legal defences and funny panicked generalizations; like “the State prosecutes and imprisons anarchist ideas”. No, the State attacks the ones who put into anarchist ideas into practice, regardless of whether the counter-terrorist unit often arrests comrades or people who have no connection with the urban guerrilla warfare. The ideology of victimization produces victims itself and strengthens the enemy. When people either naively or intentionally see the ghosts of the Orwellian thought police existing today and subside into defeatism, they only manage to bring future repression closer and faster.

Every step back, camouflaged in ridiculous excuses like “they will get us”, “things were different some time ago”, “we now don’t have the leeway” is a ground donated to the advance of the police state.

If the State thinks it disentangles the urban guerrilla warfare, it will then expand its repression to every form of direct action that so far doesn’t have “counter-terrorist” criminal penalties. Because, even the State -in contrast with some “anarchists” – perceives the connection of the diversity of direct action with the urban guerrilla warfare.
Whoever isolates and ghettoizes a means of struggle like the urban guerrilla warfare practically buries and weakens all the other means, as it leaves them exposed to the oncoming repression.

“Tomorrow they’re coming after you” is the result of a fetishism against weapons promoted by some smokeless veterans of nothingness, who supposedly counter-propose “non-armed confrontational anarchy”. Complicated and pompous definitions in order for their cowardice to be covered.

iv) Solidarity means attack

Currently in Greece there are several political prisoners accused of being members of revolutionary action groups in which they’re involved, and some comrades and some people who are prosecuted for the same cases. Our word is always clear. Different perceptions and contrasts among us are numerous and enmity with some people is a fact. As the Imprisoned Members Cell of the Conspiracy of Cells of Fire we think that, despite the different perspectives between us, there’s a common starting point to connect us with the political prisoners who have claimed responsibility for the organizations they belong to and the comrades accused of these cases, without having slandered and lied against revolutionary organizations. The common starting point is the uncompromising struggle against power, always from the side of the unrepentant enemies of the regime.
As has been said “Words divide. . . Acts unite”.

We read the letter-call [i] from the member of Revolutionary Struggle Nikos Maziotis and we decided to support his suggestion.

The Open Assembly of Anarchists/Anti-authoritarians against the special detention conditions was one of the few, maybe the only public collective procedure, which, in spite of the times, stood against the invasion of the maximum security prisons.
We believe that the suggestion for its restart and its evolution, an assembly of solidarity with the political prisoners, upgrades its qualitative characteristics and makes things clear.
Every comrade who’s against the special detention conditions is automatically a solidarian with the political prisoners and whoever is solidarian with the political prisoners who are persecuted for urban guerrilla warfare actions cannot do anything but acknowledge (regardless of his/her participation or not, or his/her disagreements on specific issues) that the urban guerrilla warfare isn’t just another part of the struggle’s diversity, BUT an indispensable part of it . . . Much could be written on the struggle’s diversity, on direct action and on urban guerrilla warfare.

We believe that we are at the beginning of a conversation that will not disappear in a conversation.

To us, it is important that the assembly of solidarity, if put into practice, is to be a breeding ground of conversation, friction and communication which will provoke action.
The assembly that just reproduces itself is doomed to lapse into a boring chore. When the assembly turns into a coin of public relations, it becomes person-centered and mostly harmless. We have no illusions about what happens inside the milieu nor will we invoke a fake unity which is useless and hypocritical.

For us, an assembly of solidarity can be a new starting point for the new comrades mainly, to get rid of the ideological past icons, the “retired veterans” and the inertia and meet in order to act. For this reason, we add to the suggestion made, the name of the assembly to become “assembly of solidarity and action with the political prisoners”. To be honest, we don’t like calling someone just a “solidarian”. It subconsciously creates divisions that lead to “personalities” and “followers”. It goes without saying that an anarchist is a solidarian, the bet is for him/her to become an “accomplice” . . . (without stopping being critical of course).

So, as much has been written and more has been spoken on solidarity, so we will end our statement and our support to the suggestion made, with an old but all-time classic slogan:

“If the “innocent” ones deserve our solidarity once, then the “guilty” ones deserve it a thousand times…”

Conspiracy of Cells of Fire, FAI-IRF / Imprisoned Members Cell

Panagiotis Argyrou
Theofilos Mavropoulos
Damiano Bolano
Giorgos Nikolopoulos
Michalis Nikolopoulos
Olga Economidou
Giorgos Polydoros
Gerasimos Tsakalos
Christos Tsakalos
Haris Hatzimihelakis

Korydallos Prison,
10-11-2014

[i] Translator’s note: Nikos Maziotis suggested through a personal text of his the
transformation of the assembly against the special detention conditions(maximum security prisons) into an assembly of solidarity with the political prisoners, imprisoned and persecuted fighters. The assembly has already been transformed and started its actions, with several imprisoned comrades supporting it.

Note: Translated by the Circle of Individualist Anarchists

LA SOLIDARITE C’EST LA ATTAQUE!

I.Les prisons de type-C, un acte de guerre.
Les prisons de type-C voudraient devenir le monument de la victoire de l’état contre la guérilla urbaine. C’est un pari qui nous est adressé, si nous laisserions un millier de tonnes de bétons, de barreaux et deserrures battre le désir humain pour la liberté. Un pari auquel l’action des ennemis du régime et les amis de la liberté doivent répondre. Depuis des années maintenant, politiquement, les personnalités de la télévision et les gratte-papiers de la police ont engagé un combat de diffamation [NdT : ‘Mud’ veut à la fois dire boue et diffamation] contre la guérilla urbaine, aidant à la dépolitiser. “L’Osmose des criminels et terroristes”, “coopération entre les terroristes et le crime organisé”, “Réservoir révolutionnaire” sont l’avant-guarde du mensonge. La propagande voudrait cacher, couvrir de sa boue, la révolte constante évidente. Une révolte constante de ceux qui refusent de vivre comme des esclaces et attaques avec des armes contre les chefs, le silence, le conservatisme et la résignation de la majorité de la société.

Voulant dissocier la perspective possible d’une action insurrectionnelle violente et mutiler sa diffusion, le pouvoir utilise mensonges et calomnie de façon a présenter les guerillas urbaines armées comme des criminels déments. Et tout cela en même temps que leur démocratie assoiffée de sang pousse des milliers de personnes à se suicider et empoisonne chaque moment de notre vie par le terrorisme de la pauvreté, larépression, l’état policier, la solitude et l’exploitation, pendant qu’ils escroquent les naifs à travers la fausse liberté de la consommation, du spectacle, du divertissement de masse, de la réalité digitale et de la civilisation du médiocre. Le point fort de la propagande politique contre la guérilla urbaine a été installé au début de l’année 2014, après l’évasion de Christodoulos Xiros lors de son congé pénitentiaire, qui plutôt que de revenir volontairement en prison a choisi le chemin de l’illégalité et de la complicité avec la nouvelle guérilla urbaine. Les gros titres et les reportages avec des annonces accrocheuses comme “Réveillon de Nouvel An dans la Terreur avec les Cellules de Feu”, “les prisons sont des planques pour les terroristes” sont devenus l’étendard de mensonges. Ce qui a le plus ennuyé le pouvoir, en plus de l’arrestation de Christodoulos Xiros, était que malgré nos arrestations nous n’étions pas devenus des trophées dormants dans les mains de nos gardiens. Pour les guérilleros urbains non-repentis, la prison est le palais de la peur, c’est un endroit de captivité qui creuse et énerve plis la volonté de rébellion et de liberté.

II. La propagande introduit la guerre.
Les mensonges de pouvoir créent la peur dans le but que ce soit la porte pour un régime de fausse liberté, vers l’état d’urgence. L’état d’urgence est la forme déguisée de “nous décidons, nous commandons”. Début 2014, l’ancien juge et ministre Charalambos Athanasiou publiait un ultimatum de 100 jours pour le déploiement des prisons de haute-sécurité. Comme la phrase “La politique est la continuité de la guerre par d’autres moyens” s’applique et vice-versa, la propagande politique contre la guerilla urbaine est maintenant suivie de mesures militaires. Il y a alors une annonce de transformation des prisons de Domokos en “prisons de type-c” dont la garde sera affectée à 300 policiers qui camperont dans dans bâtiments spéciaux -des baraquements militaires. Par ailleurs, plus de la moitié des prisonniers “de droit commun” ont déjà été transférés depuis Domokos dans le but de les remplacer par de “dangereux terroristes” et des “membres du crime organisé”. Nous n’en dirons pas plus sur les prisons de type-C car la plupart a déjà été écrit.

L’isolation politique et physique, la censure du courier, la restriction des visites, l’interdiction de permis (abandon de famille et d’études)… Une nouvelle prison à l’intérieur de la prison, Un endroit barré d’oubli dans le but pour nous d’oublier la lutte et d’être oubliés en tant que prisonniers. Une fosse en béton où l’oubli aimerait effacer le désir de liberté. Au même moment, un croquemitaine public à la vue de tous, un guantanamo grec pour tous ceux qui questionnent à traver l’action et la lutte armée, les préfets locaux de l’empire global occidental.

III. Demain, ils viendront pour toi.
La peur pénètre et atteint l’intérieur de l’os. La réponse à la peur n’est pas de fermer nos yeux mais d’attaquer avec toutes nos forces. Il va sans dire que les prisons de ‘type-c’ ont été créées dans le but de courber la guérilla urbaine, les organisations révolutionnaires (qu’elles soient anarchistes ou communistes, nihilistes ou sociales) et leurs membres. Il serait malavisé néanmoins de penser que la stratégie du pouvoir s’installe seulement pour son but basique. Le pouvoir est naturellement expansionniste. C’est pourquoi il augmente la toile de fer des prisons de haute-sécurité de généralisation de la captivité des camarades ou des individus accusés d’êtres membres d’organisations armées, sans même avoir revendiqué leur responsabilité, autant que des “criminels puissants” qui dérangent la police.

De toute façon, l’obsession de l’état pour la répression de la guérilla urbaine est aussi évidente par le fait que dans l’ébauche de la loi sur les prisons de type-C, il y a un arrangement au bénéficiaire qui fournit même une libération de prison à tout candidat à la trahison (à moins qu’il ne soit lui-même persécuté par la loi anti-terroriste) qui voudrait donner des informations sur les actions des organisations révolutionnaires armées. Néanmoins, les autorités grecques, imitant leurs collègues étrangers, ont introduit secrètement par une porte dérobée “l’incitation” au repentir public de la guérilla urbaine en échange du traitements avantageux de ces repentis en réglant les problèmes de permis et en réduisant leurs peines. Non seulement, il y a cette garantie venue de l’ébauche de la loi qui met le procureur de district comme responsable de la continuation ou non de la détention du “terroriste détenu” après 4 ans (inutile de dire que pour tout “terroriste”non-repenti, la détention en isolation de type-C sera probablement étendue indéfiniment). Il y a aussi le rapport officiel du procureur de la court d’appel durant procédure d’inculpation disciplinaire par l’administration pénitentiaire pour l’évasion de Christodoulos Xiros, qui dit que “ce détenu particulier n’a jamais renoncé au terrorisme. Il continue plutôt à travers ces écrits sur Zougla.gr et Indymedia Athens à parler de soulèvement populaire et de lutte armée…”.

Ces travaux sont la préface du futur qui montre que même les textes d’un “terroriste emprisonné” jouera un rôle clé dans l’autorisation ou le refus de libérer.

Néanmoins, la guerre expansionniste du pouvoir, la façon dont elle s’incarne aujourd’hui par les prisons de type-C, ne peut en aucune façon mener les anarchistes à une bousculade de recul et de défense, derrière des défenses légales et de ridicules généralisations paniquées commel’état poursuit en justice et emprisonne les idées anarchistes”. Non, l’état attaque ceux qui mettent les idées anarchistes en pratique, hormis les camarades et les gens que l’unité anti-terroriste arrête qui n’ont aucune connection avec la guérilla urbaine. L’idéologie de victimisation produit elle-même des victimes et renforce l’ennemi. Quand les gens voient naïvement ou intentionellement des fantômes orwelliens dans la police d’aujourd’hui et s’abaisse dans le défaitisme, ils ne font qu’amener la répression future plus près et plus vite.

Chaque pat en arrière, camouflé derrière des excuses ridicules du genreIls vont nous avoir”, “Les choses étaient différentes avant”, “nous n’avons plus de marge de manoeuvre”, est un terrain laissé d’avance à l’état policier.

Si l’Etat pense se désembourber de la guérilla révolutionnaire, il étendra ensuite sa répression à toutes les formes d’action directe qui n’ont jusque ici pas de condamnations criminelles “anti-terroristes”. Parce que même l’état -au contraire de certains “anarchistes”- perçoit la connection de la diversité de l’action directe avec la guérilla urbaine. Qui que ce soit qui isole et ghettoïse un moyen de lutte comme la guérilla enterre pratiquement et affaiblit tous les autres moyens en les laissant exposés à la répression qui approche.

“Demain ils viendront pour toi” est le résultat du fétichisme contre les armes, promut par d’éteints vétérants du néant qui contre-propose supposémentl’anarchie confrontationelle non-armée”. Des définitions compliquées et pompeuses dans le but de couvrir leur lâcheté.

IV. La Solidarité, c’est l’attaque.

Il y a actuellement en Grèce plusieurs prisonniers politiques accusés d’être membres de groupes d’action révolutionnaire auxquels ils appartiennent, ainsi que plusieurs camarades poursuivit dans les mêmes affaires. Notre parole est toujours claire. Les différentes perceptions et contrastes parmi nous sont nombreuses et l’hostilité avec certaines personnes est un fait. En tant que Cellule des Membres Emprisonnés de la Conspiration des Cellules de Feu nous pensons que malgré les différentes perspectives entre nous, il y a un point de départ qui nous connecte aux prisonniers politiques qui ont revendiqué leur responsabilité pour les organisations auxquels ils appartiennent et aux autres camarades accusés dans ces affaires qui n’ont ni diffamé ni menti contre ces organisations révolutionnaires. Le point de départ commun est la lutte intransigeante contre le pouvoir, toujours du coté des ennemis non-repentis du régime.
Comme il a été dit : “Les mots divisent… Les actes unissent”.
Nous avons lu la lettre-appel du membre de Lutte Révolutionnaire, Nikos Maziotis et nous avons décidé de soutenir sa suggestion.

L’Assemblée Ouverte des Anarchistes/Anti-autoritaires contre les conditions de détention spéciale était l’une des rares -sinon la seule- procédure collective publique qui, en dépit de l’époque, s’est levé contre l’invasion des prisons de haute-sécurité. Nous pensons que la suggestion pour son redémarrage et son évolution, une assemblée de solidarité avec les prisonniers politiques, mettrait à jour ses charactéristiques qualitatives et rendrait les choses claires.

Tous les camarades qui sont contre les conditions de détention spéciale est automatiquement solidaire avec les prisonniers politiques et qui que ce soit qui est solidaire avec les prisonniers politiques qui sont persécutés pour des actions de guérilla urbaine ne peut rien faire d’autre que reconnaître (indépendamment de sa participation à celle-ci ou de son décaccord avec des questions spécifiques) que la guérilla urbaine n’est pas juste une partie ordinaire de la diversité des luttes, MAIS une part indispensable de celle-ci… Tant pourrait être écrit sur la diversité des luttes, l’action directe et la guérilla urbaine.

Nous pensons que nous sommes au commencement d’une conversation qui ne disparaîtra pas en conversation.

Pour nous, il est important que l’assemblée de solidarité -si elle est mise en pratique- soit un terrain fertile de conversation, de friction et de communication, qui provoqueront l’action.
L’assemblée qui ne fait que se reproduire emme-même est condamnée à sombrer dans la corvée ennuyeuse. Quand l’assemblée devient une formulation de relations publiques, elle devient centrée sur les personnes et innofensive. Nous n’avons pas d’illusions au sujet de ce qui se passe au sein du milieu et nous n’invoquerons pas une unité fausse, ce qui serait inutile et hypocrite.

Pour nous, une assemblée de solidarité peut être un nouveau point de départ pour les nouveaux camarades principalement, pour se débarrasser des icônes idéologiques du passé, des “vétérans à la retraite” et de l’inertie et de se rencontrer dans le but d’agir. Pour cette raison, nous ajoutons à la suggestion faite, que le nom de l’assemblée devienneAssemblée de Solidarité et d’Action pour les Prisonniers Politiques”. Pour être honnête, nous n’aimons pas appeller quelqu’un “un solidaire”. Cela crée inconsciemment des divisions qui mène aux “personnalités” et aux “suiveurs”. Il va sans dire qu’un anarchiste est un solidaire, le pari pour lui est de devenir uncomplice” (sans cesser d’être critique bien sûr).

Donc, comme tant a été écrit et plus encore a été dit sur la solidarité, nous terminerons notre déclaration et notre soutien à la suggestion faite
avec un slogan vieux mais toujours classique :

“Si les “innocents” méritent notre solidarité une fois, alors les“coupables” la mérite un millier de fois”.

Conspiration des Cellules de Feu, FAI-IRF Cellule des Membres Emprisonnés
Panagiotis Argyrou
Theofilos Mavropoulos
Damiano Bolano
Giorgos Nikolopoulos
Michalis Nikolopoulos
Olga Economidou
Giorgos Polydoros
Gerasimos Tsakalos
Christos Tsakalos
Haris Hatzimihelakis

Korydallos Prison,
10 novembre 2014

 

Tags: , , , , , , , , , ,

This entry was posted on Monday, December 29th, 2014 at 12:00 am and is filed under Prison Struggle.